De 1941 à 1943, à Amsterdam, une jeune femme juive hollandaise de vingt-sept ans tient un journal pendant presque 3 ans. Nous sommes témoins de l’évolution fulgurante de cette jeune femme : un document extraordinaire, tant par la qualité littéraire que par la foi qui en émane. Une foi indéfectible en l’homme alors qu’il accomplit ses plus noirs méfaits. Partie le 7 septembre 1943 du camp de transit de Westerbork, d’où elle envoie d’admirables lettres à ses amis, Etty Hillesum meurt à Auschwitz le 30 novembre 1943. Quels ont pu être ses derniers instants ? Est-ce qu’elle a gardé cette foi vive jusqu’au bout au plus profond de la barbarie ? En tout cas, ses paroles viennent nous rejoindre et nous indiquer un chemin de vie.

Le journal d’Esther Hillesum, née en Zélande en 1914, connaît un succès foudroyant aux Pays-Bas lors de sa publication en 1981. Et reste encore aujourd’hui, un témoignage incontournable.” Avec une grande liberté, Etty Hillesum pose toutes les questions de la vie, de l’amour, du rapport à Dieu.” (traduit du néerlandais).

 

Haltes spirituelle au Châtelard, Vendredi 5 mars (18h) à dimanche 7 mars (17h) 2021.

Itinéraire de prière avec Etty Hillesum, rencontrer Etty Hillesum, suivre son itinéraire « de la confusion intérieure à l’offrande de soi » et prier avec des textes de l’Ecriture ; animé par Régine Maire et Claire Le Poulichet. Lien vers l’évènement.